QUEL MONDE ASSOCIATIF DEMAIN ?


Des limites actuelles de l’action associative aux moyens de les dépasser



Journée d’étude acteurs-chercheurs – Samedi 21 Novembre 2020

Au Centre Sèvres – 35 bis rue de Sèvres – 75006 Paris

métro Sèvres-Babylone ligne 10 et 12

[La jauge de la très grande salle a été ramenée à 75 personnes, adaptée à la situation sanitaire - elle pourra être modifiée selon l’évolution de la situation. En cas d’impossibilité de se réunir physiquement nous organiserons une solution pour tenir la rencontre en visioconférence - le remboursement de l'inscription sera alors automatique]

INSCRIPTION OBLIGATOIRE - 15€ avec 2 livres compris

Journée proposée par :
  • Le Collège d’Étude Mondiale (Programme de recherche Économie et démocratie plurielles) - FMSH Fondation Maison des Sciences de L’Homme
  • Le CAC - Collectif des Associations Citoyennes
  • Le MES - Mouvement pour l’Économie Solidaire
  • Le Transiscope – Portail internet des alternatives
  • L’UFISC – Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles


Avec le soutien de : La fondation Abbé Pierre, la Casden, le Crédit Coopératif, le Groupe Vyv, l’Institut français du monde associatif (IFMA), La Solidaire



L'atypique début d'année 2020 a confirmé l'importance du monde associatif et la capacité d'auto-organisation des citoyens pour faire face aux besoins de solidarité et parfois pallier un certain nombre de défaillances ou de limites dans l'action des institutions publiques.

Pour autant, le plan de relance centrée sur l'aide aux entreprises (sans conditionnalités sociales ou écologiques) invisibilise une nouvelle fois les acteurs associatifs qui, comme le montrent les dernières enquêtes, subissent de plein fouet les conséquences économiques de la crise.

En inventant le monde de demain à travers d'innombrables alternatives et initiatives en matière de logement, d'alimentation, d'énergie, d'accès au droit, de culture, d'agriculture, d'activités sportives et d'éducation populaire, de solidarité internationale, de lutte contre les inégalités , de transport, de citoyenneté, de médias [voir ici https://transiscope.org]... et malgré leurs difficultés de très nombreuses associations s'efforcent tous les jours d'être des lieux de solidarité concrète, des laboratoires de démocratie de proximité. En cela, elles méritent une place centrale pour nous permettre d'envisager une société durable, fraternelle et participative.

Or pour elles la situation se complique sans cesse. Elles sont contraintes de faire toujours plus avec moins (réduction et mutation des financements publics, mise en concurrence des projets au détriment de leur capacité de coopération et parfois instrumentalisation des structures dans le cadre de politiques publiques décidées sans elles, voire répression de leur action…). Au delà des constats à mettre en partage, quelles pistes de travail envisager dès aujourd’hui afin de construire un avenir moins sombre avec les acteurs associatifs et, plus globalement, avec les citoyens aspirant collectivement à une société plus juste, soutenable et respectueuse de l’environnement ?

La journée est structurée en deux temps. Le premier est consacré au scenario de l'affaiblissement, il met en en lumière les menaces qui pèsent sur le monde associatif. Si cette évolution est inquiétante est bien réelle, elle pas inéluctable et le second temps est consacré au scénario du renforcement et de la prise en compte de la diffusion des alternatives.

PROGRAMME DES TABLES-RONDES, ATELIERS ET DÉBATS


Le scenario de l'affaiblissement
9h30 - 11h00
• L'état des libertés associatives en France
Présentation du premier rapport de l'observatoire des libertés associatives.
Fruit de deux ans de travail et de l’étude de cent cas d’atteintes aux libertés démocratiques des associations, ce rapport documente la façon dont le cadre actuel de l’exercice de la citoyenne collective est mis à mal par une pluralité d’entraves matérielles, discursives, judiciaires ou policières.
Intervenants : Julien Talpin (chercheur CNRS) et Camille Champeaux (association le CRID)

11h00-12h30
• L'actualité de "l'offensive philanthropique"

Axe fort du développement du plan "vie associative" du gouvernement, l'ambition d’inventer une "philanthropie" à la française a connu des développements récents avec la remise du rapport El-Hairy et la mission du Rameau "accélérer les alliances stratégiques entre associations et entreprises". État des lieux et discussions.
Intervenant : Gilles Rouby (président du CAC) et intervenante pressentie : Maïté Juan (post-doctorante)


12h30-13h00
• D’un scénario à l’autre, quelles pistes de travail ?

Comment se caractérisent précisément les scénarios du pire, comment les éviter et au contraire faire advenir des scénarios d’évolution plus favorables aux aspirations des acteurs associatif ?
Intervenant : J-Louis Laville (Cnam – FMSH)


PAUSE REPAS

Le scenario du renforcement et de la diffusion des alternatives
14h30-16h00
• Quels financements alternatifs pour les alternatives associatives ?

Si de très nombreuses alternatives existent, leur essaimage et leur développement reste hélas trop limité par la structuration actuelle du financement du monde associatif. Pourtant d’autres modalités de soutien s’inventent et peuvent créer un système plus prometteur permettant d’espérer l’essor d’un nouvel associationnisme. Premier tour d’horizon et dialogue autour des solutions envisageables à l’heure actuelle.
Intervenant.e.s pressenti.e.s : Frédérique Pfrunder déléguée générale du Mouvement Associatif (du fond de stabilisation à court terme à des solutions plus structurantes, quels pistes pour le financement du monde associatif demain), JM Lucas économiste ancien directeur régional des affaires culturelles (un dispositif d'avenir : lprêt massif à long terme pour le monde associatif) et Marion Carrel sociologue sous réserve (sur le Fond d'Initiative Citoyenne)

16h00 - 17h00
• Quelles traductions politiques pour les propositions du monde associatif ?

Table ronde-débat
Intervenant.e.s possibles : plateau en cours de constitution avec 4 responsables politiques élus

17h00 - 17h30
Quelles synergies avec l’ESS – le point de vue des partenaires


17h30-19h00
• Quelles dynamiques locales pour une meilleure prise en compte des associations

Associations citoyennes, nouvelles municipalités : où peut mener le travail commun ?
>> De l’outil Transiscope au changement de système, des alternatives localisées à leur mise en lien (présentation par Floriane Hamon du Mouvement Colibris et Solène Boiziau du Mouvement Utopia)
>> L'arrivée de nouvelles équipes municipales témoignant d'un renouvellement du personnel politique issu davantage de la société civile que des appareils partisans augure de nouvelles relations entre institutions et secteurs associatifs localement. Qu’est-il réellement permis d’espérer et comment s’inspirer d’exemples antérieurs (en Catalogne notamment)
Intervenant.e.s : Annaelle Schaller, conseillère municipale de la ville de Tours, Julian Perdrigeat,Délégué de la Fabrique des transitions et directeur de cabinet de Loos-en-Gohelle et Patricia Andriot, ville de Vaux-sous-Aubigny et du RTES.
En attendant la confirmation de : Joan Subirats (professeur de sciences politiques, en charge des politiques culturelles à la mairie de Barcelone) (sous réserve)
Animation : Bruno Lasnier (MES)


19h - 19h30
• Les perspectives pour la suite du travail

Patricia Coler, déléguée générale de l’UFISC


Informations pratiques

Inscription de 15€ qui ouvre droit à 2 livres : Du social-business à l'économie solidaire : critique de l'innovation sociale - Juan M., Laville J-L., Subirats J., (dir.) ET Le réveil de l'utopie - Laville J-L, Riot-Sarcey M.

: